On le sait, la consommation de la viande rouge et de charcuterie peut être négative pour la santé. Selon les préconisations de organisation mondiale de la santé la surconsommation de charcuterie à long terme comporterait même un risque de cancer colorectal. La consommation de charcuterie est-elle donc à bannir ? Non. En effet, à condition de la consommer avec modération, la charcuterie comporte beaucoup d’avantages nutritionnels importants.

Un apport énergétique

Une idée populaire est que la charcuterie contient énormément de mauvaises graisses. Ce n’est pas tout à fait vrai. Tout dépend, de la méthode utilisée pour la faire et de la manière dont le porc a été traité. La proportion de lipides varie entre 5% et 40%. On peut définir 4 familles en fonction de leur teneur en lipides : moins de 10% (jambon cuit), de 10% à 20% (jambon sec), moins de 20% et 30% (Bacon, Andouillette, boudin, saucisse) sont entre 30% et 40% (pâté, saucisson secs, foie gras). Les graisses de la charcuterie sont de bonnes graisses car elles sont généralement à base de porc et leurs lipides contiennent 61% de la plupart des acides gras insaturés (dont 49% d’acides gras monoinsaturés et 12% d’acides gras polyinsaturés), alors que les acides gras saturés ne représentent que 39%. De plus, les produits du « secteur porc certifié » contiennent la plupart des acides gras essentiels qui sont précieux et essentiels pour une bonne santé. Pour vérifier si un produit l’est ou pas, il suffira de lire l’étiquette ou de demander à votre boucher. La viande, en particulier la viande rouge et la charcuterie, sont u